n00100714-b

La première mention d’une fête en relation avec la naissance du Prophète (S) date du VIè siècle de l’Hégire. Les historiens rapportent qu’à cette époque à la Mecque, il était de coutume de visiter la maison du Prophète (S) chaque lundi du mois de Rabi‘ Al-Awwal, parce que Sayyiduna Muhammad est né un lundi.

 

Il incombe à tous les musulmans et à toutes créatures de se réjouir de la Naissance du Prophète (S) car  il est "une miséricorde pour les univers".

Un verset du Coran dit : «Allah et Ses anges bénissent le Prophète. Ô vous les croyants ! Priez pour lui et appelez sur lui le salut. » (Al-Ahzab s.33, v.56).

Allah nous recommande de prier sur le Prophète (S), et ce verset mentionne le pluriel, en assemblée. L’emploi du terme « Ô les croyants » sous-entend que celui qui ne prie pas sur le Prophète (S) n’est pas complètement croyant.

 

La célébration du Mawlid permet d’accroître notre amour pour le Prophète (S). Un verset du Coran ordonne au Prophète (S) de proclamer son importance : «Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi et Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. » (s.3, v.31).

 

 La célébration du Mawlid an-Nabawi,

 

Selon les biographes du Prophète (S), de son vivant il appréciait les poètes qui faisaient son éloge (Ex.: Ali, Fatima, Abou Bakr, al-Abbas etc…). De nombreux savants ont donné leur avis concernant les bienfaits du Mawlid : Dans une fatwa restée célèbre, l’imam Suyuti écrit : « Célébrer l’anniversaire de la Naissance du Prophète pour se réunir, réciter des passages du Coran, raconter les histoires concernant la naissance du Prophète et les signes qui l’ont accompagné, servir de la nourriture, est une bonne innovation et celui qui y participe recevra une récompense parce que cela implique de vénérer le degré du Prophète et d’exprimer de la joie pour son honorable naissance ». Cependant, certains pensent encore que la commémoration de la naissance du Prophète (S) est une innovation blâmable (bid‘a dâlla).

 

 

Quel est le sens véritable de l’innovation (bid‘a) ?

 

Dans les définitions de l’imâm al-Shâtibî sur l’innovation, on en retiendra deux. 1- L’innovation : mise en pratique d’un acte qui n’existe pas dans la religion pour se surpasser dans l’adoration de Dieu (en dépassant le cadre des prescriptions religieuses). 2- L’innovation : mise en pratique d’un acte qui n’existe pas dans la religion et dont l’objectif est identique à celui de la religion (ex.: inventer une nouvelle manière de prier Dieu). Mais toutes ces définitions de l’innovation s’appliquent uniquement au cadre des adorations et du rituel religieux et ne peut donc pas s’appliquer aux modes de comportement des hommes et aux choses de la vie qui, par nature, sont voués à un perpétuel changement et à l’adaptation au temps et à l’espace.

 

Ces actes qui sortent du cadre du rituel religieux sont classés dans la religion d’une autre manière. Ils répondent à la classification des actes telle que le Prophète (S) l’a mentionné dans un hadith : « Celui qui innove en Islam une bonne innovation (sunna hasana), il en a la récompense et la récompense de ceux qui l’ont suivi, sans que cela ne diminuent leur propre récompense ; et celui qui innove dans l’Islam une mauvaise innovation (sunna sayyi’a) il en assume le châtiment et le châtiment de ceux qui l’ont suivi après lui sans que cela ne diminue leur propre châtiment. »

 

Ainsi, selon les savants, la commémoration de la naissance du Prophète (S) fait partie des bonnes innovations car elle raffermit l’amour des croyants envers leur Prophète bien-aimé et rappelle la naissance de ce Prophète miséricordieux et de ses vertus et sa noblesse de caractère.

 

Lorsque nous nous penchons sur la vie du Prophète (S), nous constatons très rapidement l’importance de la miséricorde dans la conduite prophétique. Tous les récits, toutes les paroles, confirment l’éloge que Dieu Tout-Puissant fait de Son Prophète dans ses versets lorsqu’ Il dit : «  Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les mondes. » Notre Prophète Mu hammad (S) est en vérité le Prophète de la miséricorde, c’est pour cela qu’il exalte la miséricorde et la considère comme la qualité première des croyants. Il disait : « La miséricorde n’est arrachée que des misérables »  ; « Ceux qui sont miséricordieux connaîtront la miséricorde du Miséricordieux. Soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre, Celui Qui est dans le ciel sera miséricordieux envers vous » .

 

La miséricorde en Islam ne se réduit pas à la pitié, à la compassion ou à l’attendrissement à l’égard d’un blessé ou d’un malheureux, mais elle se manifeste à l’égard de toute l’humanité et de toutes les créatures.