« Le voyage […] dévoile le caractère des hommes » (Ibn ‘Arabî, De la connaissance des hommes).

 

« Tu es à jamais voyageur, de même que tu ne peux t’établir nulle part » (Ibn ‘Arabî, Illuminations de La Mecque).

 

Ibn ‘Arabî (né en 560/1165, mort en 838/1240), surnommé al-Shaykh al-Akbar, le plus grand des maîtres du soufisme et de la mystique islamique.

 

Dans ce traité, fondé pour l’essentiel sur l’interprétation du Coran, Ibn ‘Arabî se limite à mentionner les voyages accomplis par les prophètes, les voyages divins, les voyages des entités spirituelles. « Afin de montrer ce que l’on doit désirer comme voyage » (‘Arabî, 1994, p.11), il nous invite à suivre les voyages d’Enoch, de Noé, d’Abraham, de Loth, de Jacob et de Joseph, de Moïse et à bénéficier de leurs effets.

 

 

9782908606737

 

 

A?mad al-‘Alaw? : Lettre ouverte à ceux qui critiquent le soufisme (Éditions Entrelacs, Paris, 2011)

Titre original : Al-Qawl al-ma‘r?f fî al-radd ‘al? man ankara al-ta?awwuf

Traduction de l’arabe, notes et préface de M. Chabry ; introduction de J. Gonzalez 

      Nous profitons de la présente réédition pour faire le compte rendu de cet ouvrage du cheikh al-‘Alaw? qui n’a, depuis sa rédaction en 1920, rien perdu de son actualité ; les thèmes qui y sont exposés sont en effet de ceux qui reviennent de manière récurrente chez les adversaires du soufisme à toute les époques ; et le développement de plus en plus généralisé d’un intégrisme vidé de toute spiritualité, favorisé en cela par la dégénérescence des sociétés traditionnelles, fait de ce livre une œuvre plus que jamais porteuse d’un savoir utile.

 

alt

Shaykh al-’arabî al-Darqâwî. Lettres sur la voie spirituelle 

 

 

 Cet ouvrage représente environ la moitié du texte complet des « Rasâ’il », et vient compléter deux autres ouvrages: l'un publié en 1978 sous le titre « Lettres d’un maître soufi », qui constituait la première traduction en langue française par Titus Burckhardt et publié aux éditions Archè Milano, de quelques lettres du Shaykh al-‘Arabî al-Darqawî; l'autre traduit de l’arabe et annoté par M. Chabry et publié aux éditions La Caravane.

 

Le Soleil du Témoignage s'est levé, étincelant.

Il a illuminé l'Existence.
« Là ilàha illà Allah » 
a dissipé le nuage de la négation.

Pour le désir, pour le désir ardent,
au jour de la Rencontre, dans la Maison du Bonheur,
la meilleure provision que tu puisses emporter
c'est : « Là ilàha illà Allah ». 

J'ai vendu ma maison natale pour de l'argent.
Au prix de ma vie précieuse,
j'ai acheté la Maison Eternelle :
« Là ilàha illà Allah » '
 
II y a bien longtemps, je m'étais égaré
dans les déserts.
Ils remplaçaient ma famille au fond
de mon coeur pendant que des voix criaient :
» Là ilàha illà Allah ».

alt

Sagesse céleste: commentaires des Hikam par Cheikh al 'Alawi (Editions La Caravane)

Titre original:  Al-Mawâdd al-ghaythiyya an-nâshi’a ‘an al-hikam al-ghawthiyya « Les substances célestes extraites des aphorismes de sagesse de l’intercesseur divin ».

 

 

 

Les Mawâdd al-ghaythiyya an-nâshi’a ‘an al-hikam al-ghawthiyya sont l’œuvre la plus volumineuse du cheikh al-‘Alawî et constituent un authentique traité de soufisme contemporain à destination de ses disciples et, plus généralement, des adeptes de cette tarîqa d’origine shâdhilî. Cet ouvrage est un commentaire des hikam de Sîdî Abû Madyan (mort en 594/1198), le célèbre soufi originaire de Séville et enterré à proximité de Tlemcen, en Algérie.