"Salam alaykum mes chères sœurs et frères en dieu
Au début, dès mes premiers pas dans l’islam, comme de nombreux jeunes,
j’étais « contraint » à pratiquer ma religion. Ayant toujours le père derrière moi pour vérifier si mes prières étaient faîtes à l’heure prévue. De nombreuses personnes souvent d’origine maghrébine ont grandi dans ce climat salafiste. Beaucoup de gens se reconnaîtront donc à travers cette brève description qui paraît pour le moins un peu caricaturale mais qui ne l’est pas du tout à mon goût.

Ensuite je me suis intéressé avec un frère au côté mystique de l’islam, ce qu’on appelle le soufisme ( la science des cœurs ). Nous avons parcouru quelques ouvrages traitant sur le sujet sans trop s’y plonger (vous comprendrez par la suite pourquoi). Un jour Allah exalté soit-il mis sur notre chemin deux frères (que dieu les garde) pour nous orienter.
Mon frère, mon compagnon dans cette initiation connaissait ces deux frères mais ne soupçonnés nullement leur appartenance à une voie soufie. Plus les jours passèrent plus notre cœur débordé de joie et d’envie de plus plonger dans notre intérieur pour découvrir le seigneur des mondes.

Depuis un an environ nous sommes dans cette voie ( Tariqa Qadriyya Boutchichia ) et nous ressentons des choses qui nous étaient inconnues auparavant. Désormais nous avons envie de faire la prière et nous ne ressentons aucunes pressions, si ce n’est celle de notre créateur. Vous savez que dans notre religion il y a trois niveaux comme le dit clairement le célèbre hadith entre notre prophète (que la paix et le salut soient sur lui) et l’archange Gabriel (que le salut soit sur lui). C’est trois stades étant : l’islam, l’imen et l’ihsen.

La première étape dans notre connaissance envers Allah exalté soit-il est le terme de soumission, nous faisons les actes de dévotions (les cinq piliers) parce-que nous devons les faire,
la seconde étape de notre cheminement est toute cette croyance envers dieu exalté soit-il, ses anges, ses livres, ses prophètes, le destin et le jour du jugement dernier
Enfin la troisième étape nous faisons nos adorations envers notre noble dieu parce-que nous aimons les faire.

Pour le premier stade la plupart des savants sont unanimes, le serviteur peut y accéder par sa simple volonté, le deuxième stade lui ne pourra être franchi qu’avec une ardeur très forte tandis que le dernier stade ne peut être franchi que par la volonté du serviteur, celui-ci doit être obligatoirement orienter par ce qu’on appelle un maître éducateur qui aura déjà fait le chemin et qui de ce faite pourra diriger la créature dans son ascension.

Il n’y a plus cette dimension de contrainte ou de pression de l’extérieur, c’est comme si notre propre cœur nous tiré pour par exemple faire la prière.
Pour ma part je ne pense pas être arrivé à ce dernier niveau mais grâce au « soufisme » et à mon maître Sidi Hamza (que dieu le protège et l’élève) j’éprouve une toute autre envie dans mon parcours vers celui que j’aime.
Ce n’est plus pour faire la prière que je vais faire cet acte, je vais faire cette pratique car je sais pour qui je vais la faire, pour lui, lui seul.
Lorsque notre bien-aimé prophète cite cette parole célèbre : « craint dieu comme si tu le voyais et si tu ne le vois pas certes lui te voit » .
Il nous dit en même temps que faire les actes de dévotions comme la salat en ayant un cœur « vide » dans le sens d’absence de volonté comme moi-même au début, avant de connaître cette science, ne sert pratiquement à rien car se doit être avant tout par amour qu’on fait cette pratique et non par contrainte.
Notre bien aimé maître nous le rappelle sans cesse par cette parole : Il ne faut pas donner d'importance aux œuvres que l'on accomplit, il faut en revanche prêter attention à Celui à Qui on les offre.
Puis beaucoup de musulmans diront que ce n’est pas la seule façon pour arriver à aimer dieu, certes mes frères ce n’est pas la seule façon, vous pouvez tout aussi bien emprunter le chemin de la science exotérique comme certains oulémas mais j’oserai vous posez une question, êtes-vous certain de connaître votre créateur avant la mort ? Ce chemin mes frères à mon sens est très long alors que le parcours du cœur est plus rapide, le prophète (que la paix et le salut soient sur lui) le spécifie bien dans un de ses nombreux hadith : « Il se trouve une partie dans le corps, si celle-ci est saine tout le corps est sain, si celle-ci est corrompue tout le corps est corrompu, le cœur ».

Enfin Je voudrai juste comme un témoignage est c’est le but de ce texte dire que grâce à l’enseignement de mon maître (que dieu le protège et l’élève), grâce à cette science utile que j’ai pu trouver un goût à ma prière, à mon orientation, que j’ai tout simplement envie d’avancer vers celui que j’aime de plus en plus…
Je n’arrive sûrement pas à exprimer ce que je ressens avec des mots car tout est question de cœur dans une voie soufie, les mots ici ne servent strictement à rien…

Dieu seul est savant


Wa salam Alaykum Wa rahmatou’llah et Wa Balakatou.

Votre frère en dieu
"