null

Allah dit: «Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers» (29:69).

Jabir – Que Dieu soit satisfait de lui– rapporte que le Prophète – paix et bénédictions d'Allah sur lui – revint de l’une de ses batailles et dit: «Vous avez avancé de la meilleure manière: vous êtes revenu du plus petit jihad au plus grand jihad.» Ils disent: «Et quelle est le plus grand jihad?» Il répondit:

«Le combat (moujahadat) des serviteurs d’Allah contre leurs vains désirs.»

D’après « Arrissala Al- Qushayria - Asservissement de l'Ego »[1] :

L'on a interrogé l'un des Shuyokh de l'Islam sur ‘l'Asservissement de l'Ego' (Mokhalafat Nafss) ; il a dit : C'est d'immoler l'ego par les lames de l'oppression, et sache que celui dont les envies ont pris le dessus ; son cœur ne connaîtra point la proximité de Dieu.

Thou Nnoun Al Misri dit à ce sujet : La clé de l'adoration est l'esprit et le signe de la sagesse est l'oppression de l'Ego et des désirs. S'y détacher consiste à laisser de côté leurs envies.

Ibn Ata'â a dit : l'Ego est originellement incliné vers les mauvaises actions et les hommes sont ordonnés d'appliquer les bonnes oeuvres. Il en découle que l'Ego, de part sa nature, se véhicule aisément dans l'interdit et l'homme, par son effort, se doit de le contraindre à s'en éloigner. Celui qui lui laisse la liberté est considéré complice dans sa débauche.

Abu Bakr Tamssatani a dit : La plus grande Grâce est l'anéantissement de l'Ego car ce dernier constitue le plus grand voile entre toi et Dieu.

Iîssam Ibn Youssef Al-Balkhi a envoyé un présent à Hatim Al-Asamm, ce dernier l'accepta et on l'interrogea : Pourquoi l'avez-vous accepté ? , il répondit : j'ai perçu, en acceptant ce présent, mon avilissement et son élévation et senti en son refus mon élévation et son avilissement ; alors, j'ai préféré Son élévation à la Mienne et Mon avilissement au Sien.

On raconte[2] que l'Imam Al-shâdhilî avait entendu parler d'un moine qui pratiquait la médecine et avait des dons de guérisseur. Il guérissait toutes les maladies…

L'Imam souhaitait le rencontrer pour échanger avec lui et découvrir son secret.

Le moine accueillit comme il se doit l'Imam et lui dévoila même son secret : « Je me bats, dit-il, contre mon ego depuis ma tendre jeunesse et à chaque fois que mon « nafs » (l’âme) me dit : fais cela, je fais exactement le contraire, car je sais que tout le bien réside dans le fait de s'opposer à l'ego, même si cela est déplaisant et lourd… »

L'Imam lui dit alors : « c'est bien cela, la source de tous les bienfaits et le secret du cheminement vers Dieu, je te propose alors, que tu invites ton « nafs » à dire « lâ ilâha illa Allah » ». Le moine accepta sa proposition et l'Imam partit en le remerciant de son hospitalité.

Après quelques jours, l'Imam revint visiter son ami le moine chrétien, ce dernier sursauta de joie en le voyant et dit : « Pendant toutes les nuits précédentes, j'avais proposé à mon « nafs » (l'âme) cette formule (lâ ilâ ha illa Allah) et elle ne voulait pas….J'ai réalisé alors qu'il y avait tout le bienfait dans cette expression et qu'elle ne pouvait être que source de bonheur éternel venant de Dieu- Réalité. Je témoigne devant Dieu que je suis sur ta religion. »

 

[1]  Traduction à partir de : Al-Rissala Al- Qushayria Fi Ïilm Attassawuf de : Abd Al-Karim Al-Qushayri ;
Chapitre : Interprétation des Stations ou le parcours des Gens du Cheminement – 13 : Asservissement de l'Ego (
?????? ????? ) , (page 151)

[2]  la Mudawanna, Mayyara assaghîr : jurisprudence malikite selon Ibn ‘ashir : le chapitre du soufisme.