Dieu le Très Haut a dit: Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et interdit à son âme de la passion, le Paradis sera alors son refuge. (Qur'an 79:40-41)

Jabir – Que Dieu soit satisfait de lui– rapporte que le Prophète – paix et bénédictions d'Allah sur lui – a dit: “Les choses que je crains le plus pour ma communauté sont: le suivi des passions et l'excès d'espérances. Le suivi des passions détourne de la vérité, tandis que l'excès d'espérances rend insouciant à la Vie Future. Sachez donc que la lutte contre l'âme charnelle est le début de l'adoration.”

Quand on interrogeait les maitres Soufis à propos du sens de l'Islam, ils répondaient: "Pourfendre l'âme charnelle par le sabre de l'opposition à elle."

Saches que celui en qui se lèvent les caprices de l'âme, les splendeurs de l'intimité avec Dieu s'éteignent.

 

Dhu 'l-Nun al-Misri a dit: "La méditation est la clef de l'adoration, et le signe de l'arrivée au but est la capacité à s'opposer à son âme charnelle et à ses passions. S'opposer à elles est l'abandon des désirs."

Ibn 'Atan a dit: "L'âme charnelle est naturellement prédisposée au mauvais comportement. Pourtant au serviteur de Dieu incombe l'observance du bon comportement. Par sa nature, l'âme ère dans les étendues de la désobéissance alors que le serviteur s'astreint à l'empêcher de suivre de mauvais buts. Aussi, quiconque lâche la bride de son âme devient un complice de ses exactions."

Junayd a dit: "l'âme incitatrice au mal pousse à la perdition, assiste les ennemis, suit les passions, et est suspectée de toutes les sortes de mauvaises actions [voir Qur'an 12:53]."

Abou Hafs a dit: "Quiconque ne soupçonne pas son âme constamment, ne s'oppose pas à elle tout au long de sa vie en toutes conditions, la forçant à accomplir des choses qu'elle n'aime pas, sera trompé. Et celui qui approuve une chose que son âme a accompli a causé sa propre ruine."

En effet, comment l'homme intelligent peut il se satisfaire de son âme?

Le noble fils du fils du noble fils du noble Joseph, fils de Jacob, fils de Isaac fils d'Abraham l'Ami Intime de Dieu a dit: "Je ne prétends pas que mon âme est innocente, car certes l'âme de l'homme est instigatrice de mal."

al-Junayd a dit: "Une nuit d'insomnie, je me suis éveillé et j'ai accomplit une prière surérogatoire. Toutefois, je n'y trouvais pas la douceur et le délice que j'éprouvais habituellement en conversant avec mon Seigneur. J'en fus abasourdi. J'essayais à nouveau de dormir, mais n'y arriva pas. J'essayais de m'asseoir mais n'y arriva pas. J'ai alors ouvert la porte et je suis sorti. Je rencontrais alors un homme enveloppé dans une cape qui gisait dans la rue. Il sentit ma présence et leva la tête en disant: "Enfin tu arrives, Abu 'l-Qasim!" Mais, demandais-je, avons nous donc un rendez vous monsieur?" Il me répondit : "Non, mais j'ai demandé Celui qui fait se mouvoir les cœurs d'orienter ton cœur dans ma direction." "Il l'a certes fait! De quoi as tu donc besoin, demandais-je?" Il m'interrogea: "Quand le mal de l'âme devient il son remède?" "Quand tu interdit à l'âme ses envies, son mal devient son remède, répondis-je." Il s'adressa alors à sa propre âme et dit: "Ecoute, je t'ai donné la même réponse sept fois, pourtant, tu as refusé de l'entendre de tous sauf de al-Junayd! Et maintenant tu l'as bien entendu!" Puis il s'en alla. Je ne sus jamais qui il était et je ne l'ai jamais recroisé après cela."

Abu Bakr al-Tamastani a dit: "Echapper à sa propre âme est la plus grande des bénédictions, car l'âme est le voile le plus épais entre toi et Dieu, Exalté et Glorifié."

Sahl al Tustari a dit: "Il n'y a pas de meilleur façon d'adorer Allah que l'opposition à sa propre âme et aux passions. On a demandé à Ibn 'Atan: "Quelle est la cause principale de la Colère de Dieu? Il répondit: "Prêter attention à son âme et à ses états. Toutefois, attendre une rétribution pour ses actes est pire encore que cela!""

Al -Khawwas a dit: "Quand j'étais sur le mont al-Lukam, j'ai vu des grenadiers, et j'en ai désiré les fruits. Je m'approche alors de l'arbre et j'en pris une. Je l'ouvris, mais la trouva amère. Je m'éloignais donc, laissant le grenadier derrière moi. Soudain, je vis un homme étendu sur le sol entouré de guêpes qui volaient autour de lui. Je le saluai et il me rendit mon salut en me disant: "Et que la paix soit sur toi, Ibrahim!" Je lui ai alors demandé: "Comment me connais-tu?" Il répondit: "Rien n'est caché à celui qui connait Allah le Très Haut." Je lui dis: "Je vois que tu as un degré particulier auprès d'Allah le Très Haut! Pourquoi alors ne pas Lui demander de te protéger et de te préserver des tourments des guêpes?" Il me répondit: "Je vois également que tu as un degré particulier auprès d'Allah le Très Haut! Pourquoi alors ne pas Lui demander de te protéger et de te préserver des tourments de ces grenadiers? Car la peine causée par le dard des grenadiers t'affligera dans l'Au Delà tandis que la douleur causée par le dard des guêpes ne m'afflige qu'en ce monde." Je l'ai alors quitté et me suis éloigné."

Il a été rapporté que Ibrahim b. Shayban a dit: "Pendant quarante ans je n'ai dormi ni sous mon toit ni dans un quelconque endroit fermé par une serrure. Parfois, j'ai désiré manger des lentilles à satiété. Mais cela n'advint jamais. Un jour, alors que j'étais en Syrie, on m'apporta un grand bol remplit de lentilles. J'en ai mangé une partie et en ai laissé. Je vis soudain des bouteilles de verres emplies de restes d'un liquide que j'ai supposé être du vinaigre. Mais quelqu'un dans l'assistance me prévint: "Que regardes tu donc? Il s'agit de restes de vins, et ces jarres ici en sont pleines!" Je me suis alors dit: "Voilà mon devoir!" Je suis donc entré dans la boutique du vendeur de vin et j'ai commencé à vider ses jarres. Au début, il pensa que je faisais cela par ordre du Sultan. Toutefois, quand il prit conscience que ce n'était pas le cas, il me livra à Ibn Tulun qui ordonna qu'on m'inflige deux cent coups de bâtons, puis me jetta en prison. J'y restais un temps, jusqu'à ce que mon maitre Abu 'Abdallah al-Maghribi entre dans le pays et intercède en ma faveur. Quand il me vit, il me demanda: "Qu'as tu fait?" j'ai répondu: "J'ai mangé des lentilles à satiété ainsi que deux cent coups de bâton!" Il me dit alors: "Tu t'en es bien tiré!"

al-Sari al-Saqati a dit: "Durant trente ou quarante ans mon âme m'a urgé de tremper une carotte dans du sirop de datte. Mais je ne le lui ai pas permit."

al-Sulami a dit: "Mon grand père disait: "Le malheur du serviteur réside dans la satisfaction qu'il a de l'état de son âme." Je l'ai également entendu dire que 'Isam b. Yusuf al-Balkhi envoya une chose à Hatim al-Asamm qui l'accepté. Quelqu'un lui demanda pourquoi il l'avait accepté. Il répondit: "Quand je l'ai pris, j'ai senti mon humiliation et sa fierté. Si je l'avais rejeté, j'aurais ressenti ma propre fierté et son humiliation à lui. J'ai donc préféré sa fierté à mon humiliation, et mon humiliation à la sienne.""

On demanda un jour à un Soufi: "Je souhaite partir au hajj dépourvu de toute provision. Il répondit: "Débarrasse d'abord ton cœur de la négligence, ton âme de l'insouciance, ta langue du bavardage, puis voyages comme tu veux!"

Abou Soulayman al-Darani a dit: "Celui qui fait du bien dans la nuit est récompensé durant le jour. Qui est sincère dans son renoncement à sa passion sera préservé de devoir l'alimenter. Car Dieu est trop noble pour punir un cœur qui, pour Lui, a abandonné sa passion."

Allah exalté a révélé au prophète David (paix sur lui) ce qui suit: "Ô David, prend garde et avertit tes compagnons contre les passions, car quand les cœurs sont attachés aux passions de ce monde, les intelligences sont voilées à Moi." Un homme en rencontra un jour un autre qui se tenait assis dans les airs. Il lui demanda comment il arrivait à faire cela. L'homme répondit: "J'ai renoncé à mon désir (hawa) et Dieu m'a soumis l'air (hawa')."

Il est dit que si la satisfaction de milles passions était offert à un véritable croyant, il les repousserait par crainte de Dieu. Toutefois, si l'on offrait la satisfaction d'une seule passion à un pêcheur, cela repousserai la crainte de Dieu de son cœur. Il est dit: "Ne met pas tes rennes dans la main du désir, car il t'entrainera dans les ténèbres."

Yusuf b. Absat a dit: "Rien n'élimine mieux les passions d'un cœur qu'une immense crainte de Dieu et qu'une lutte inlassable pour Le satisfaire." Al-Khawwas a dit: "Quiconque renonce à une passion sans découvrir immédiatement en elle une autre encore n'est pas sincère dans son renoncement."

Ja'far b. Nusayr a rapporté: "Al-Junayd m'a donné un dirham et m'a demandé de lui acheter des figues Waziri. Je lui en ai acheté. Quand il a rompu son jeune, il pris l'une d'entre elles, la mis dans sa bouche, puis la recracha, et éclata en sanglots en disant: "Eloigne les de moi!" Quand je lui ai demandé la raison de cela, il répondit: "Une voix dans mon cœur s'est écrié: "N'as tu pas honte? D'abord tu renonces à un désir pour Moi, puis maintenant tu y revient à nouveau!""

Les soufis disent ces vers de poésie:

La lettre Nun dans hawan (humiliation) a été volée à hawa (passion)
Aussi, celui qui succombe à toutes ses passions est victime d'humiliation!

 

Traduit de la: "Risala al-Qushayriyya fi 'ilm al-Tasawwuf"