Cela engendre un comportement de bassesse. La personne cherche par tous les moyens à s’approprier les biens que son cœur convoite. Elle devient ainsi attachée aux créatures.

A l’opposé, quand le cœur se détache de ce bas monde et de ses richesses, et aspire à plus haut, cela constitue pour lui une source de liberté, de fierté et d’ouverture vers son créateur.


Celui qui emploie sa volonté et son énergie, et attache son aspiration au Roi des rois, Dieu soumet les créatures à son service et à ses ordres.

Ainsi, le cœur de l’homme est avec les créatures et sous leur emprise tant qu’il ne contemple pas son créateur. En revanche, si le cœur est avec Dieu, les créatures sont à son service. Celui qui est le serviteur aimant de Dieu, est libéré de toute autre chose.

L’homme est donc l’esclave de ce qu’il convoite. Convoiter quelque chose entraîne son amour et la soumission à ses ordres et désirs, car l’amour aveugle comme dit le proverbe.

Un soufi a dit : « L’homme est ignorant. Son seigneur veut qu’il soit un roi mais l’homme veut demeurer esclave. Son seigneur veut qu’il soit libre mais l’homme veut rester attaché. Son seigneur a crée pour lui le monde et l’a mis à son service, mais l’homme se met au service de ce monde. »

La cause de l’attachement aux créatures est l’illusion. L’homme pense que les créatures peuvent lui nuire, lui apporter du bien, lui donner ou le priver. Cela le pousse à la convoitise et la soumission.

En revanche, celui dont le cœur est attaché à Dieu sait que c’est à Lui que tout revient. Il sait que chaque créature est incapable d’apporter du bien à elle, alors qu’en serait-il pour les autres ?

Celui qui a la certitude, son aspiration est orientée vers Dieu, seul créateur de toute chose.

Selon Ibn Ajiba, ce qui empêche le cœur de se tourner vers Dieu, ce sont les liens et les attachements à autre chose que le créateur. Chaque fois que les cœurs veulent cheminer vers Dieu, les liens terrestres les attirent comme un aimant. C’est l’exemple d’une personne qui est attachée avec une corde et qui veut avancer mais sans résultat.

Un autre soufi a dit : « Ne pense pas accéder à la présence divine et quelque chose derrière te tire ou t’attire. »

L’arrivée est donc inhérente à la pureté du cœur, un cœur sain et détaché de l’amour de toute chose sauf son seigneur.

L’illusion engendre la convoitise qui domine le cœur et pousse la personne à se rapprocher de ceux qu’elle aime pour le bien qu’elle espère de leur part, et à ignorer ceux dont elle n’espère pas grand chose. Par là même, elle oublie d’aimer le seul Donateur qui est Dieu.

D’autres encore, l’illusion les a poussés à s’attacher aux lumières divines. Mais ils se sont contentés de cela sans chercher à avancer.

Quant aux gens de Dieu, ils ont déchiré le voile de l’illusion et ont ainsi reçu de leur seigneur la science et la compréhension. Leur liberté est dans leur scrupule parce qu’ils sont sincères dans leur servitude à Dieu. Abou Abbas Mursi a dit : Je jure que je n’ai vu la fierté que dans l’aspiration vers le créateur au lieu des créatures. Si la convoitise entraine la bassesse, c’est parce que la personne laisse un seigneur Fier et majestueux pour s’attacher à un esclave très bas. Elle laisse Le Riche et Généreux pour s’attacher à une créature pauvre et démunie.

Yahya Ibn Muad a dit :
« Le scrupule est de deux sortes :
- Celui de l’extérieur, c’est de n’œuvrer que pour Allah ;
- Celui de l’intérieur, c’est de ne laisser entrer dans le cœur qu’Allah. »


Enfin, on peut citer l’histoire d’un homme qui cherchait un guide. Sa persévérance dans sa recherche l’a poussé à une ruse pour le trouver : Il prit une somme d’argent pour la distribuer aux pauvres. Chaque fois qu’il donnait une aumône, il disait à la personne : « Prend pas pour toi ». Toutes les personnes prenaient l’argent sans lui répondre, comme il s’attendait. Un jour, il répéta les mêmes mots à un pauvre mendiant : « Prend pas pour toi ». Ce dernier lui répondit : « Je ne le prends pas de toi ». C’est ainsi qu’il trouva le guide recherché.

Les saints ont atteint un tel degré de scrupule que toutes leurs actions sont faites par Dieu, pour Dieu et pour Sa Face. A chaque instant, ils sont avec Dieu.

Celui qui est en leur compagnie, son cœur ne s’attachera qu’à son seigneur et goûtera la vraie liberté la vraie fierté dans sa servitude à Dieu.