Dans le soufisme, le côté ésotérique de l’Islam, il s’agit de purifier le cœur de toute attache pour le rendre capable de connaître son Seigneur. Pour atteindre cette pureté du cœur, le soufi doit combattre son âme charnelle (Nafs) car celle-ci incite à commettre le mal qui est source de corruption du cœur.

C’est ainsi que les premiers soufis se sont appliqués à combattre cette âme charnelle en la soumettant aux plus rudes épreuves. Cela devint un trait dominant dans la méthode spirituelle utilisée par les anciens Maîtres soufis.

 Le soufi marocain du 18ième siècle Ahmad Ibn ‘Ajiba témoigne ici de ses débuts dans la Voie « Avant d’entrer dans la voie, ma situation matérielle était assez aisée (...). Je jouissais aussi d’une position éminente dans l’enseignement (...).

  De l'Unicité Divine (Tawhid)

Le maître, l’Ornement de l’Islam, Abu ‘l-Qasim [al-Qushayri] –Qu’Allah rende sa gloire éternelle– a dit:

Les passages suivants contiennent leur credo [celui des mâitres soufis] concernant l’unicité de Dieu que nous présenterons dans l’ordre qui convient. Les paroles dispersées et rassemblées des maîtres de cette Voie, ainsi que leurs livres, nous procurent les enseignements suivants quant au Tawhid:

Dieu Très Haut – louanges à Lui – est Existant, Eternel, Unique, Sage, Puissant, Savant, Contraignant, Miséricordieux, Voulant, Audiant, Glorieux, Exalté, Parlant, Voyant, Sublime, Fort, Vivant, Un, Subsistant Eternellement et Transcendant. [1]

Le commencement par Dieu signifie que le cheminant oublie sa force, son action, ses états et réalise que tout ce qu’il entreprend est un don de Dieu et pour sa Face. Ainsi son début sera par Dieu.


Ibn Atta Allah al-Iskandari a dit dans ses Hikam: Celui qui commence son cheminement par Dieu, Vers Dieu sera son arrivée

 Parmi les conditions d’un bon commencement le renouvellement de la bonne intention chaque fois que l’âme veut s’attacher à quelque chose de cette vie terrestre, le cheminant a également besoin de veiller au bon respect de la charia ; l’action doit être en accord avec la science.

 Il y a quelques jours, la France célébrait la journée de la femme, grande journée intégralement consacrée aux femmes de tous âges, de toutes contrées et de toutes croyances...

Qu'il est triste que sur trois cent soixante cinq jours chaque année, on ne compte qu'une seule journée d'hommage aux femmes, celles qui sont nos mères, nos soeurs, nos épouses !

A cette occasion un savant contemporain annonçait :
"en islam, chaque journée est une journée de la femme, notre vie entière est hommage aux grandes figures féminines qui ont fondé notre existence !"

Un cheikh soufi recommande souvent quant à lui :
« Prenez soin des femmes. Dieu est auprès d’elles. Le prophète Mohammad (que la Paix et la Bénédiction de Dieu soient sur lui) donne son intercession en premier lieu aux femmes. Il intercède d’abord pour nos soeurs, nos mères, nos épouses. »

Il faut savoir que l'islam a beaucoup apporté à la femme, tant en ce qui concernait son statut social que son honneur, sa dignité, sa protection.