"Contente toi du regard du Créateur au lieu du regard des créatures Et cherche Sa rencontre au lieu de leur rencontre " sagesse d’Ibn Ata Allah Al Iskandari.

Le Prophète Paix et Salut sur lui a conseillé à Ibn Abbas qu'Allah l'agrée en lui disant : "Rappelle-toi de Dieu, Il se rappellera de toi dans les moments difficiles. Si tu demandes quelque chose, demandes-le à Allah. Si tu demandes de l'aide, demande-la à Allah. Sache que si ta communauté se réunit pour te faire du mal, elle ne le fera que si Dieu l'a décrété".


Les créatures sont en réalité une illusion. Le seul existant réel est Allah. Rien d'autre n'existe véritablement avec Lui. Toute autre chose est comme les poussières de l'air, ou comme les ombres d'une personne, quand tu veux la toucher, tu ne trouves rien. Il faut donc effacer du coeur le regard des autres, le regard divin est le plus important car Il voit les coeurs. Les créatures regardent l'extérieur, c'est-à-dire l'apparence. Il faut chasser donc l'illusion par les certitudes, l'illusion du regard des créatures par la certitude du regard divin.

Sidi Abu Hassan Shadhili - qu'Allah l'agrée - a dit : "J'ai désespéré d'être utile à moi-même, comme ne serais-je pas plus désespéré que les autres me soient utiles; j'ai fait confiance à Dieu".

Les disciples dans leur début fuient les créatures pour être avec Dieu. Ils cachent leurs actions, ne parlent pas de leurs états spirituels pour réaliser la sincérité et le détachement du coeur à toute chose.

Une fois qu'ils ont atteint la réalisation spirituelle, ils les montrent ou les cachent dans l'intérêt des autres selon la volonté d'Allah.

Sahl Ibn Abd Allah - qu'Allah l'agrée - dit : "Le serviteur ne peut aspirer arriver à cette station que par deux choses : lorsque les regards des autres ne l'affectent pas, il ne voit derrière toute chose que son Seigneur et lorsque son âme est basse et que le coeur est rempli de Dieu."

Un sage a dit : "Je n'ai que faire du regard des gens: j'étais seul dans le ventre de ma mère, j'en suis sorti seul, je mourrai seul, je rentrerai dans ma tombe seul".

Le disciple ne réalise cette station où le regard divin prime sur toute chose que par la connaissance du coeur et la contemplation du Créateur dans toute chose.

Un grand maître - qu'Allah l'agrée - a dit: " Celui qui n'est pas satisfait de ses actions et ses paroles par Dieu, l'ostentation trouvera une porte d'entrée dans son coeur".

 

Dans le soufisme, le côté ésotérique de l’Islam, il s’agit de purifier le cœur de toute attache pour le rendre capable de connaître son Seigneur. Pour atteindre cette pureté du cœur, le soufi doit combattre son âme charnelle (Nafs) car celle-ci incite à commettre le mal qui est source de corruption du cœur.

C’est ainsi que les premiers soufis se sont appliqués à combattre cette âme charnelle en la soumettant aux plus rudes épreuves. Cela devint un trait dominant dans la méthode spirituelle utilisée par les anciens Maîtres soufis.

 Le soufi marocain du 18ième siècle Ahmad Ibn ‘Ajiba témoigne ici de ses débuts dans la Voie « Avant d’entrer dans la voie, ma situation matérielle était assez aisée (...). Je jouissais aussi d’une position éminente dans l’enseignement (...).

  De l'Unicité Divine (Tawhid)

Le maître, l’Ornement de l’Islam, Abu ‘l-Qasim [al-Qushayri] –Qu’Allah rende sa gloire éternelle– a dit:

Les passages suivants contiennent leur credo [celui des mâitres soufis] concernant l’unicité de Dieu que nous présenterons dans l’ordre qui convient. Les paroles dispersées et rassemblées des maîtres de cette Voie, ainsi que leurs livres, nous procurent les enseignements suivants quant au Tawhid:

Dieu Très Haut – louanges à Lui – est Existant, Eternel, Unique, Sage, Puissant, Savant, Contraignant, Miséricordieux, Voulant, Audiant, Glorieux, Exalté, Parlant, Voyant, Sublime, Fort, Vivant, Un, Subsistant Eternellement et Transcendant. [1]

Le commencement par Dieu signifie que le cheminant oublie sa force, son action, ses états et réalise que tout ce qu’il entreprend est un don de Dieu et pour sa Face. Ainsi son début sera par Dieu.


Ibn Atta Allah al-Iskandari a dit dans ses Hikam: Celui qui commence son cheminement par Dieu, Vers Dieu sera son arrivée

 Parmi les conditions d’un bon commencement le renouvellement de la bonne intention chaque fois que l’âme veut s’attacher à quelque chose de cette vie terrestre, le cheminant a également besoin de veiller au bon respect de la charia ; l’action doit être en accord avec la science.